Sélectionner une page

Les Jardins d’UZeste

Agroécologie et permaculture

Vos légumes bio

Du 1er au 31 août et du mardi au samedi, vous pouvez venir chercher vos légumes en me contactant 24h à l’avance au 06 68 45 33 80.

Retrouvez-moi bientôt sur cagette.net

Les Jardins d'UZeste

Les jardins sont installés sur un territoire en zone agricole défavorisée, au lieu-dit Lespiet, sur la commune d’Uzeste, depuis Avril 2017. Ils se situent au sein d’un écolieu (une coopérative d’habitants consciente et respectueuse du vivant)). Ils comprennent 3 hectares (dont 1,5 de foret, 1,5 ha de Surface Agricole Utilisée (S.A.U.), dont environ 5000m2 de production). Les jardins d’UZeste vont permettre de fournir une production saine et nutritive de légumes, fruits, petits fruits, plantes aromatiques et plantes sauvages, sur un territoire : le sud-gironde.
Ils sont Labélisés « Agriculture Biologique ».
Un bail rural a été signé avec la SCI Lespiet (coopérative d’habitants) propriétaire du terrain, en 2017.

Externalités Positives : La globalité des actions des jardins s’inspirent de la permaculture. Ils s’inscrivent plus concrètement dans un projet collectif et coopératif. La philosophie de la permaculture m’amène à réfléchir sur le global : le prendre soin de la Terre, de la nature et des humains, mais aussi sur l’habitat, lesoutils et la tecnologie, l’enseignement et la culture, la santé et le bien être, la finance et l’économie, le foncier et les modes de gouvernance. Chaque thème évoqué est source d’inspiration et de réflexion. la question principale reste l’impact positif ou négatif de l’entreprise sur l’environnement, sur son territoire et dans la société.

C’est pour cela qu’il me semble important et pertinent que l’action et le rôle de ces jardins s’inscrivent pleinement dans un projet de société.

il est urgent que ces externalités positives que sont la biodiversité, le lien social … soit pris en compte dans uen comptablité. Nos structures agroécologiques n’en seront que plus durables.

Agroécologie et permaculture

Alors que l’homogénéisation des pratiques agricoles en cours depuis la fin de la seconde guerre mondiale est progressivement remise en cause sur des questions d’environnement (pollution des sols, des nappes phréatiques, rejet de gaz à effet de serre à différentes étapes de la chaîne agroalimentaire, érosion de la biodiversité), de sécurité alimentaire et potentiellement de santé (risques encore mal évalués sur la mise en culture d’organismes génétiquement modifiés, impacts supposés de l’utilisation des pesticides par les agriculteurs,..), l’agroécologie et la permaculture apparaissent de plus en plus comme un modèle viable et efficace pour le monde de demain.

La permaculture est une méthode de conception d’écosystèmes humains durables sur le plan environnemental, équitable socialement et viable économiquement. Son premier domaine d’exploration et d’application a été l’agriculture, pour ensuite se diversifier et s’appliquer à l’habitat, la santé, le commerce, l’organisation des groupes humains…

L’Agroécologie, approche globale, est à la fois une éthique de vie et un ensemble de pratiques agricoles. Elle considère le respect de la terre nourricière, des écosystèmes et la souveraineté alimentaire des populations sur leurs territoires comme les bases essentielles à toute société équilibrée et durable. Elle intègre les dimensions économiques, sociales et environnementales de la vie. » Définition du réseau des A.A.E. (Animateurs en AgroEcologie).

L’application de l’éthique et des principes de permaculture conduit à penser une agriculture qui s’inspire des écosystèmes naturels, les imite, reproduisant les interactions que l’on y observe. Ainsi, la main de l’homme accompagne et encourage les processus naturels, dans une logique de production alimentaire saine adaptée à l’environnement local. Un des principes de la permaculture consiste à limiter au maximum les intrants et à tendre vers l’absence de déchets (tout sera utilisé et réutilisé comme dans la nature dans des cycles).

La conception permaculturelle vise à créer des écosystèmes résilients grâce notamment aux interactions mutuellement bénéfiques entre les éléments.
C’est pourquoi l’utilisation du pétrole et de toutes les ressources non renouvelables est réduite à son strict minimum puisque ces ressources ne garantissent pas la durabilité de nos systèmes, en plus d’être néfastes à l’environnement et à l’humain.

L’immense gain productif que nous pouvons observer sur les exemples existants provient de deux facteurs : l’association judicieuse d’espèces vivantes qui permet à chacune de prospérer, et la capacité qu’à l’homme d’effectuer un travail minutieux inaccessible aux machines, notamment en ce qui concerne l’observation du système. Cela conduit à l’optimisation de l’utilisation de l’espace et de toutes les énergies disponibles sur le terrain. Dans un écosystème équilibré, les espèces coopèrent entre elles, et la permaculture valorise au maximum cette propriété. De nombreuses pratiques issues d’un travail de conception permaculturelle (design) permettent d’augmenter très significativement la productivité d’une ferme. À titre d’exemple, et ce dans le cadre d’un design consciencieux et intégral du jardin potager, nous pouvons citer les associations de cultures, les rotations efficientes, la régénération et la fertilisation des sols, la création de boucles fermées pour optimiser les flux de la ferme (ou de boucles ouvertes sur l’environnement proche de la ferme), la prise en compte des successions écologiques, l’utilisation de plantes pérennes, une forte diversification de la production valorisant tous les sous-produits, etc.

La permaculture consiste donc en une réflexion globale qui permet à des écosystèmes, comme une ferme, d’être très efficaces, et les plus autonomes possibles. Le corollaire de ce travail de précision est qu’un agriculteur seul doit concentrer son attention sur des surfaces nécessairement « petites », d’où l’appellation de «micro ferme».

Votre paysan maraîcher : Mickael Girard


Né en 1977, j’ai grandi sur un territoire rural qu’est le sud Touraine et principalement dans les fermes de mes Grands-parents.
Apres avoir vécu, travaillé, évolué 11 ans en région parisienne en tant qu’éducateur spécialisé auprès de personnes handicapées, animateur, artiste amateur, je me suis installé en Gironde en 2010.
Diplômé d’un niveau IV en Agriculture en 1995, un BTA « production équine », d’un diplôme de l’éducation spécialisée en 2002 et d’une licence de chargé de projets artistiques et culturels en 2012, je me tourne naturellement, instinctivement et avec pugnacité vers l’agriculture agroécologique.
Je me suis principalement formé à la permaculture et à l’agroécologie, à l’écolieu expérimental, organisme de formation en agroécologie et en permaculture de la Belle Verte, à Préchac, à la ferme du Bec Helloin en Normandie, à l’écocentre du Périgord, à Fermes d’Avenir en Touraine et auprès de différents jardiniers maraichers sur la Gironde.
Je « retourne à la terre », à la paysannerie, dans un engagement éthique professionnel, murement réfléchi.

Quel sont mes pratiques ?
• Observer et imiter les écosystèmes spontanés
• Utiliser l’énergie du soleil
• Respecter les cycles de saisonnalité
• Développer la biodiversité
• Limiter le travail du sol, maraichage sur sol vivant
• Aggrader du sol
• Donner aux arbres une place essentielle
• Créer une synergie entre les arbres, les végétaux produits et les animaux
• Favoriser les plantes vivaces aux plantes annuelles
• Associer les végétaux
• Etager les cultures
• Valoriser les plantes sauvages
• Utiliser les ressources biologiques
• S’appuyer sur l’infiniment petit
• Miser sur le moyen et le long terme
• Cultiver son jardin intérieur

La main de l’homme doit soigner le sol.

Actualité au Jardin d’Uzeste

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

L’Association, “Uzeste d’Audace”
Dans le but de construire ensemble des réponses à nos besoins communs en matière d’habitat, d’énergie, d’alimentation, d’éducation, de culture, de santé… Uzeste d’Audace regroupe des citoyens du Sud-gironde (et d’ailleurs!) autour de projets collectifs et coopératifs.
L’idée est d’incuber, d’organiser, d’impulser et de coordonner des événements et des projets citoyens liés à la transition écologique sur le territoire.
Uzeste d’Audace bénéficie pour cela du fabuleux terrain d’expérimentation qu’est l’éco-lieu Lespiet: coopérative d’habitants et micro-ferme en agroécologie “Les Jardins d’UZeste”. Cet endroit est propice au fourmillement d’idées et à leurs concrétisations.